Comprendre le Staking : le guide pour gagner des intérêts sur vos cryptomonnaies

Aujourd’hui, le Staking est devenu l’un des moyens les plus faciles pour faire grossir votre portefeuille de cryptomonnaies de façon totalement passive. Dans ce guide, nous vous dévoilons tout de l’une des meilleures façons de faire croître vos cryptos.

Vous avez peut-être déjà entendu parler du minage de bitcoin, cette méthode pour gagner de nouveaux bitcoins sans avoir à les acheter ? Cette méthode aujourd’hui beaucoup trop concurrentielle et donc beaucoup trop couteuse semble réservée à quelques grands pools miniers qui ont les ressources nécessaires pour une telle exploitation.

Aujourd’hui gagner des cryptomonnaies ne consiste plus seulement à miner du bitcoin. Le bitcoin est une blockchain de preuve de travail (PoW — Proof of Work) où les nouveaux Bitcoins sont générés par un processus énergivore de résolution de tâches mathématiques, appelé « minage ». De nombreuses blockchains plus récentes utilisent au contraire des algorithmes de preuve d’enjeu (PoS – Proof of Stake) qui nécessitent beaucoup moins d’énergie.

En bref, le Staking est au Proof of Stake, ce que le minage est au Proof of Work !

proof-of-stake-vs-proof-of-work

Le Staking consiste à bloquer vos fonds dans un portefeuille de cryptomonnaies afin de maintenir la sécurité et d’aider aux opérations d’une blockchain. Les personnes qui interviennent dans ces processus sont récompensées en percevant une récompense de Staking pour leur participation au réseau : ils reçoivent des intérêts !

Le Staking est généralement disponible depuis un portefeuille de cryptomonnaies, ou directement depuis votre échange préféré. En effet, des échanges comme Kraken, Binance ou encore Coinbase offrent des services de Staking à leurs utilisateurs. Le principal avantage : vous n’avez besoin d’aucune connaissance technique, et quelques clics suffisent pour commencer le Staking. Ensuite vous n’avez plus qu’à patienter et cumuler vos récompenses.

Comprendre la preuve d’enjeu — Proof Of Stake (PoS) ?

Pour les plus curieux, il est intéressant de comprendre le processus dont découle le Staking : le Proof of Stake (PoS).

Contrairement au Proof of Work (PoW) ou les opérateurs doivent fournir une puissance de calcul considérable pour le fonctionnement de la Blockchain — et ainsi créer de nouveaux bitcoins — ici les participants au réseau se contente de verrouiller leur cryptomonnaie (leur « enjeu »), pour se voir attribuer le droit de valider le bloc suivant. En général, la probabilité d’être choisi est proportionnelle à la quantité de cryptomonnaie en stake — plus il y a de pièces bloquées (stakées), plus les chances sont élevées.

Ici, ce qui détermine quel participant crée un nouveau bloc n’est pas basé sur leur capacité à résoudre des défis de hachage, mais est déterminé par le nombre de pièces de Staking qu’ils détiennent.

Qui a créé le Proof of Stake ?

L’une des premières apparitions du processus de Proof of Stake (PoS) peut être attribuée à Sunny King et Scott Nadal dans leur article de 2012 sur le Peercoin. Ils le décrivent comme une « conception de cryptomonnaie pair à pair dérivée du Bitcoin de Satoshi Nakamoto ».

Le réseau Peercoin a été lancé avec un mécanisme hybride Proof of Work/Proof of Stake, où le PoW était principalement utilisé pour l’approvisionnement initial. Par la suite, n’étant pas nécessaire à la viabilité à long terme du réseau, son importance a été progressivement réduite.

Qu’est-ce que la preuve d’enjeu déléguée — Delegated Proof Of Stake (DPoS) ?

Une version alternative du Proof of Stake a été développée en 2014 par Daniel Larimer, appelée Delegated Proof of Stake (DPoS). Elle a d’abord été utilisée dans le cadre de la blockchain BitShares, mais peu après, d’autres réseaux ont adopté ce modèle. Il s’agit notamment de Steem et d’EOS, qui ont également été créés par Larimer.

Le DPoS permet aux utilisateurs d’engager leur solde de cryptomonnaie sous forme de votes, le pouvoir de vote étant proportionnel au nombre de pièces détenues. Ces votes sont ensuite utilisés pour élire un certain nombre de délégués qui gèrent la blockchain au nom de leurs électeurs, en assurant la sécurité et le consensus. En général, les récompenses de Staking sont distribuées à ces délégués élus, qui distribuent ensuite une partie des récompenses à leurs électeurs proportionnellement à leurs contributions individuelles.

Le modèle DPoS permet d’obtenir un consensus avec un nombre plus faible de nœuds de validation. Bien qu’il permette d’améliorer les performances du réseau, il peut également entraîner un moindre degré de décentralisation, car le réseau repose sur un plus petit groupe de nœuds de validation. Ces nœuds de validation gèrent les opérations et la gouvernance globale de la blockchain.

Comment fonctionne le Staking ?

illustration-staking

À un niveau très basique, le « staking » consiste à verrouiller vos actifs cryptographiques dans une blockchain Proof of Stake pour une certaine période. Ces actifs verrouillés sont utilisés pour atteindre le consensus, qui est nécessaire pour sécuriser le réseau et garantir la validité de chaque nouvelle transaction. Ceux qui mettent en jeu leur cryptomonnaie dans une blockchain PoS sont appelés « validateurs », et pour avoir verrouillé leurs actifs et fourni des services à la blockchain, les validateurs sont récompensés par de nouvelles pièces provenant du réseau.

Ce processus permet de produire de nouveaux blocs sans avoir recours à du matériel minier spécialisé très cher. En effet, alors que le minage ASIC nécessite un investissement important en matériel, le Staking ne nécessite qu’un investissement direct dans la cryptomonnaie. Ainsi, au lieu de rivaliser pour le prochain bloc avec un travail de calcul, les validateurs PoS sont sélectionnés au hasard et en fonction du nombre de pièces qu’ils mettent en jeu : les participants qui mettent en jeu des montants plus importants ont plus de chances d’être choisis comme prochain validateur de bloc.

La « mise » d’un validateur est ce qui les incite à maintenir la sécurité du réseau. S’ils n’y parviennent pas, la totalité de leur mise peut être menacée. En effet, pour qu’une blockchain fonctionne efficacement, les validateurs doivent fournir des services stables et sécurisés. Les blockchains s’autorégulent en sanctionnant un validateur en cas de comportement malhonnête ou malveillant. Pour exploiter un nœud de validation efficacement, un validateur doit donc être engagé et maintenir une infrastructure sécurisée et disponible en permanence.

Comment les récompenses sont-elles calculées ?

Chaque réseau blockchain peut utiliser une méthode différente pour calculer les récompenses de Staking.

Certaines sont ajustées sur une base bloc par bloc, en tenant compte de nombreux facteurs comme :

  • le nombre de pièces que le validateur met en jeu
  • la durée du Staking actif du validateur
  • le nombre de pièces total en Staking sur le réseau
  • le taux d’inflation

Pour certains autres réseaux, les récompenses de Staking sont déterminées par un pourcentage fixe. Avec ce modèle, les validateurs peuvent calculer exactement quelle récompense ils peuvent espérer obtenir.

Note : C’est ce modèle qui est proposé par les plateformes d’échanges comme Kraken, Binance ou Coinbase qui donnent aux utilisateurs le pourcentage d’intérêts qu’ils vont recevoir à intervalles réguliers. Par exemple, Kraken paie 2 fois par semaine les intérêts dans la cryptomonnaie stakée au pourcentage prédéfini (5,5 % pour Tezos/12 % pour Polkadot/7 % pour ATOM…).

Qu’est-ce qu’un pool de Staking ?

staking-pool

Un pool de Staking est un groupe de personnes détenant des cryptomonnaies qui mutualisent leurs ressources pour augmenter leurs chances de valider des blocs et de recevoir des récompenses. Ils combinent leur puissance de Staking et partagent les récompenses proportionnellement à leurs contributions au pool. C’est l’équivalent des pools miniers pour les Blockchains Proof of Work comme bitcoin !

La mise en place et le maintien d’un pool de Staking nécessitent souvent beaucoup de temps et d’expertise. Les pools de Staking ont tendance à être les plus efficaces sur les réseaux où la barrière à l’entrée (technique ou financière) est relativement élevée. C’est pourquoi de nombreux fournisseurs de pools prélèvent des frais sur les récompenses de Staking distribuées aux participants.

En dehors de cela, les pools peuvent offrir une plus grande flexibilité aux stakers individuels qui peuvent alors retirer leur mise à tout moment. De plus, la plupart de ces pools n’exigent qu’un faible solde minimum et aucun délai pour commencer à staker. C’est par exemple le cas de Kraken qui bloque et débloque les mises des participants immédiatement quand ces derniers l’ont décidé.

Qu’est-ce que le Staking à froid (Cold Staking) ?

Le Staking à froid désigne le processus de Staking sur un portefeuille qui n’est pas connecté à Internet.

Les réseaux qui prennent en charge le Staking à froid permettent aux utilisateurs de staker tout en conservant leurs fonds hors ligne en toute sécurité. Il convient de noter que si la personne déplace ses pièces hors du stockage à froid, elle cessera de recevoir des récompenses.

Le cold Staking est particulièrement utile pour les utilisateurs ayant de très grosses mises qui veulent assurer une protection maximale de leurs fonds tout en soutenant le réseau.

Le Staking sur Kraken

C’est sans doute un des échanges les plus simples pour staker vos cryptomonnaies. Voici les quelques étapes à suivre.

Une fois votre compte créé, il vous suffit d’acheter ou de transférer les cryptomonnaies que vous souhaitez staker sur Kraken.

Actuellement Kraken supporte le staking des cryptomonnaies suivantes :

staking-kraken

Ensuite, il vous suffit de cliquer sur « Staking » dans le menu en haut :

staking-kraken-1

Puis sur le bouton « staker » :

Table

Description automatically generated

Il ne vous reste alors plus qu’à choisir la cryptomonnaie et la quantité que vous désirez staker :

staking-kraken-3

Les récompenses de Staking vous seront alors distribuées 2 fois par semaine et seront ajouté directement à votre compte Staking (option « réinvestir les récompenses ») ce qui vous fera gagner encore plus au fur et à mesure du temps.

Le plus gros avantage de Kraken : vos fonds en staking ne sont pas bloqués. Si vous voulez les dé-staker, le retrait se fait en quelques minutes et vos cryptomonnaies sont à nouveau disponibles au trading sur votre compte. Ceci est particulièrement utile si vous souhaitez vendre vos actifs après une hausse importante des prix si vous pensez que le cours risque de rechuter.

Kraken est probablement l’option la plus intéressante entre pourcentage d’intérêt et disponibilité de vos fonds.

Le Staking sur Binance

Chez Binance aussi le processus est relativement simple. Pour commencer, choisissez « Finance », puis « Binance Earn » :

binance-earn-staking-1

Puis dans « conditions fixes », choisissez l’option « Staking » :

binance-earn-staking-2

Il ne vous reste alors plus qu’à choisir la cryptomonnaie que vous souhaitez mettre en staking, ainsi que là durée pendant laquelle elle sera bloquée :

binance-earn-staking-3

C’est la principale différence avec Kraken, ici vos fonds ne sont pas accessibles quand vous le souhaitez, mais les intérêts sont plus élevés surtout si vous bloquez vos cryptos longtemps — 90 jours par exemple.

Chez Binance les intérêts de staking sont généralement distribués au début de chaque mois.

Vous pouvez vérifier les récompenses précédemment perçues en cliquant sur historique :

binance-earn-staking-historique

Binance propose des intérêts plus importants que les autres plateformes, mais en contrepartie vos cryptomonnaies sont réellement bloquées. Vous pouvez choisir entre 30, 60 ou 90 jours. Plus vous bloquez vos fonds longtemps, plus les intérêts sont importants.

Le Staking sur Coinbase

Rien de plus simple, il vous suffit d’acheter et de laisser les cryptomonnaies éligibles au Staking sur votre compte. Les récompenses seront alors ajoutées à vos cryptomonnaies à intervalle régulier.

Les gros inconvénients de Coinbase : c’est la plateforme qui paie le moins d’intérêts !

staking-coinbase

De plus Coinbase demande une période « de chauffe » avant de toucher vos premières récompenses. Pour Tezos par exemple vous recevrez vos récompenses tous les 3 jours après une période initiale de 35 à 40 jours.

Le Staking aujourd’hui

En juillet 2020, la capitalisation du marché du staking était estimée à 35,8 milliards de dollars. Le nombre d’actifs compatible avec le staking a considérablement augmenté au cours de l’année dernière avec la popularité croissante des blockchains Proof of Stake. À ce jour, on compte plus de 111 cryptomonnaies compatibles, avec des récompenses annuelles allant de 2 à 348 %. Le rendement moyen du staking est passé de 10 à 15 % au cours de l’année écoulée.

En termes de capitalisation boursière, les plus grosses cryptomonnaies de staking sont Tezos et EOS, suivies de près par Algorand et ATOM (Cosmos). Le marché du staking est toutefois en constante évolution, car de nouveaux projets Proof of Stake apparaissent régulièrement. Le lancement très attendu d’Ethereum 2 va probablement changer la dynamique du marché de manière significative, car il deviendra la plus grande cryptomonnaie disponible pour le staking.

Avec un grand nombre d’actifs et de fournisseurs de services parmi lesquels choisir, il y a plusieurs choses à garder à l’esprit lorsque vous décidez de commencer à staker.

Évidemment, le choix de la cryptomonnaie est primordial. Ce choix peut être influencé par les rendements historiques, la fonctionnalité et les attentes en matière de développement de la blockchain elle-même. Il est également important de savoir si votre mise est soumise à une période de blocage ou non. Les exigences techniques et les connaissances nécessaires pour staker sont également un facteur. Comme nous l’avons déjà mentionné, des pénalités sont généralement prévues si ceux qui participent au réseau n’entretiennent pas correctement leur infrastructure. Cela peut représenter un défi pour les personnes ayant un bagage technique moins important, d’où l’intérêt de faire appel à un fournisseur de services de staking. Cependant, un fournisseur gardera généralement un pourcentage des récompenses gagnées.

Le futur du Staking

Avec un certain nombre de grands projets Proof of Stake qui devraient être lancés en 2021 et 2022, le marché du staking semble avoir un fort potentiel de croissance. Le passage d’Ethereum à la preuve d’enjeu dans sa phase Serenity suscite de grandes attentes.

Dans l’ensemble de l’écosystème des blockchains, les taux de staking actuels (le pourcentage du total des pièces engagées dans le staking) varient. Sur les blockchains PoS les plus populaires telles que Tezos et Cosmos, ils approchent les 80 %.

Le développement du marché du staking peut également être affecté par la dynamique du marché des prêts/emprunts. Le prêt est considéré comme un moyen alternatif de gagner une récompense « passive » sur les cryptomonnaies, et peut être considéré comme un produit de substitution au staking. Lorsqu’ils choisissent comment allouer leurs cryptos, les détenteurs d’actifs doivent comparer les rendements et les risques des options alternatives.

Conclusion

Le processus de Proof of Stake (PoS) et le Staking ouvrent de nombreuses possibilités à tous ceux qui souhaitent participer au consensus et à la gouvernance des blockchains. De plus, il s’agit d’un moyen extrêmement facile de gagner un revenu passif en détenant simplement ses cryptomonnaies.

Il faut toutefois garder à l’esprit que le Staking n’est pas entièrement sans risque, et il est donc toujours important d’utiliser des portefeuilles et des échanges de haute qualité et d’excellente réputation.

close
LES-11-ERREURS-DU-TRADER-DEBUTANT

Intéressé par le trading de cryptomonnaies ?

Entrez votre email pour recevoir notre ebook gratuit « Les 11 erreurs des traders débutants ».

Précédent

Comprendre les clés privées / clés publiques ?