Bitcoin SegWit c’est quoi ?

Si le Bitcoin reste la plus grande et la plus importante cryptomonnaie à l’heure actuelle, il n’est pas sans poser de nombreux problèmes. Parmi les problèmes les plus préoccupants auxquels il est confronté en termes de capitalisation boursière, on peut citer l’évolutivité. Comme les blocs de la Blockchain bitcoins sont limités à 1 mégaoctet, il y a une limite au nombre de transactions que le réseau peut traiter.

Comme les cryptomonnaies en général et le bitcoin en particulier sont devenus de plus en plus populaires, cet effet de goulot d’étranglement a menacé de contrecarrer le succès de la monnaie virtuelle. Il peut avoir contribué à l’augmentation des frais de transaction et des délais de traitement.

Les développeurs et les amateurs de cryptomonnaies se sont efforcés de résoudre ce problème, mais le débat sur la manière de parvenir à une mise à l’échelle efficace du réseau a été difficile et controversé. Ces dernières années, un certain nombre de mises à niveau logicielles ont été proposées afin d’augmenter la taille limite des blocs et d’améliorer le traitement des transactions en général. SegWit était l’une de ces mises à niveau proposées.

SegWit est le processus par lequel la limite de taille de bloc sur une blockchain est augmentée en supprimant les données de signature des transactions Bitcoin. Lorsque certaines parties d’une transaction sont supprimées, cela libère de l’espace ce qui permet d’ajouter davantage de transactions aux blocs.

Segregate signifie séparer, et Witness témoins, qui sont les signatures des transactions. Par conséquent, Segregated Witness, en bref, signifie séparer les signatures de transaction.

Les points clés :

• SegWit est un correctif conçu par Pieter Wuille et qui permet d’éviter la malléabilité des transactions.
• SegWit contribue à augmenter la taille limite du bloc en extrayant les données de signature des transactions Bitcoin.

Comprendre le SegWit (Segregated Witness)

La blockchain bitcoins est constituée de plusieurs systèmes répartis sur un réseau peer-to-peer. Ces systèmes sont appelés nœuds et servent d’administrateurs des transactions de bitcoins. Toutes les transactions effectuées dans Bitcoin sont dupliquées à travers ces nœuds, ce qui rend pratiquement impossible le piratage et la corruption d’une transaction.

Les données de transaction qui sont partagées entre les multiples nœuds sont constituées de deux éléments : les entrées et les sorties. Une transaction peut comporter une ou plusieurs entrées et sorties.

La sortie est l’adresse publique du destinataire. L’entrée est l’adresse publique de l’expéditeur.

L’expéditeur a besoin de l’adresse publique du destinataire pour lui envoyer des fonds.

La majorité de l’espace dans une transaction consiste en une signature, une partie de l’entrée, qui vérifie que l’expéditeur a les fonds nécessaires pour effectuer un paiement. Ainsi, en fait, un Bitcoin passe des entrées aux sorties pour chaque transaction transmise. Une fois que chacun des nœuds a vérifié la validité de la transaction, celle-ci est incluse dans un bloc qui est ajouté à la chaîne pour être accessible au public.

Le concept de SegWit a été formulé par le développeur bitcoin Pieter Wuille.

Les défis de la plate-forme Bitcoin

Le problème auquel la plate-forme Bitcoin est confrontée est qu’à mesure que de plus en plus de transactions sont effectuées, de plus en plus de blocs doivent être ajoutés à la chaîne. Les blocs sont générés toutes les 10 minutes et sont limités à une taille maximale de 1 mégaoctet (Mo). En raison de cette contrainte, seul un certain nombre de transactions peuvent être ajoutées à un bloc. Le poids des transactions, représenté par les blocs, pèse sur le réseau et entraîne des retards dans le traitement et la vérification des transactions, qui prennent parfois des heures pour confirmer la validité d’une transaction. Imaginez que toutes les transactions Bitcoin effectuées depuis la création de Bitcoin en 2009 restent sur la blockchain et s’accumulent encore. À long terme, le système ne serait pas viable si un changement radical n’était pas apporté.

À la base, SegWit est un processus qui modifie la façon dont les données sont stockées, aidant ainsi le réseau Bitcoin à fonctionner plus rapidement et plus facilement.

SegWit proposé comme solution

Le Dr Pieter Wuille, développeur Bitcoin, suggère que pour résoudre ce problème, la signature numérique doit être séparée des données de transaction. Ce processus est connu sous le nom de Segregated Witness ou SegWit.

La signature numérique représente 65 % de l’espace dans une transaction donnée.

SegWit tente d’ignorer les données attachées à une signature en retirant la signature de l’entrée et en la déplaçant vers une structure vers la fin d’une transaction. Cela porterait la limite de 1 Mo pour la taille des blocs à un peu moins de 4 Mo.

En plus d’augmenter légèrement la taille de la capacité des blocs, SegWit résout également le problème où un récepteur pourrait intercepter et modifier l’ID de transaction de l’expéditeur dans le but d’obtenir plus de pièces de ce dernier.

Comme la signature numérique serait détachée de l’entrée, une personne peu scrupuleuse n’aurait aucun moyen de modifier l’ID de la transaction sans annuler également la signature numérique.

Qu’est-ce que le SegWit2x ?

SegWit2x était une tentative de Hard Fork ratée, décrite dans l’accord de New York, qui visait à doubler la taille limite des blocs. Le hardfork a été dénoncé comme une tentative des PDG et des propriétaires de grandes entreprises de Bitcoin d’introduire des changements au protocole et au cycle de développement de la monnaie avec des arrière-pensées.

Hard and Soft Forks

Pour comprendre le SegWit2x, il faut d’abord explorer la distinction entre les Hard Forks et les Soft Forks.

Une Hard Fork fait référence à une révision des règles régissant la Blockchain. Il s’agit d’un changement majeur dans la conception, de sorte que les nouveaux blocs ne sont plus considérés comme valables par les anciens logiciels du réseau.

Le résultat d’un hard fork est que la Blockchain concernée se scinde en deux de façon permanente. Les hard forks peuvent même diviser un réseau en deux s’ils ne sont pas adoptés à l’unanimité. Ce fut le cas lors de la scission de l’ethereum suite au piratage du DAO.

Les Soft Fork, en revanche, entraînent une modification des règles du réseau qui crée des blocs reconnus par les logiciels précédents. En ce sens, elles sont rétrocompatibles.

SegWit en arrière-plan de SegWit2x

Avant la proposition de SegWit2x, il y avait le SegWit (Segregated Witness). Il s’agissait d’une proposition de Soft Forkvisant à résoudre le problème d’extensibilité du bitcoin. Il a été proposé fin 2015 par un développeur nommé Pieter Wuille.

Le mécanisme du Segregated Witness a été conçu pour permettre la séparation des données de signature de diverses autres données de transaction, avec pour résultat que les données seraient stockées différemment selon les blocs. L’objectif de SegWit était d’augmenter la capacité globale de transaction via un mécanisme de Soft Fork.

Depuis la proposition de SegWit, d’autres discussions et bifurcations du réseau bitcoin ont eu lieu. Par exemple, un hard fork qui a eu lieu en août 2017 a entraîné la création de « Bitcoin Cash ». À la suite de ce hard fork, la taille des blocs a été multipliée par 8 sans l’utilisation du protocole SegWit. SegWit a finalement été activé le 24 août 2017, bien que de nombreuses transactions sur le réseau bitcoin effectuées depuis lors n’aient pas fait usage de la mise à niveau.

SegWit2x comme Hard Fork

Alors que SegWit était une proposition de Soft Fork, SegWit2x est une proposition de Hard Fork. Au moment où SegWit a été introduit sur le réseau en août 2017, il n’était en fait que le premier d’un processus en deux étapes connues sous le nom d’« Accord de New York » par les experts en scalabilité et les développeurs.

La deuxième phase est le protocole SegWit2x, qui ferait passer la taille des blocs de 1 à 2 mégaoctets. En augmentant la taille des blocs, les partisans de SegWit2x espéraient pouvoir atténuer les augmentations de prix résultant du fait que les utilisateurs payaient les mineurs pour effectuer des transactions. D’autre part, l’augmentation de la taille du bloc aurait également accru la charge des opérateurs de nœuds, qui auraient alors dû stocker davantage de données.

Le processus de mise en œuvre de SegWit2x aurait entraîné une modification des règles régissant la Block Chain Bitcoins. 

Néanmoins, elle se distinguait des forks qui ont conduit au bitcoin cash et bitcoin goldEn effet, dans ces cas, les utilisateurs qui détenaient déjà des bitcoins se sont simplement vu offrir une nouvelle cryptomonnaie au moment de la Fork, les deux réseaux continuant sur des chemins différents.

Comme ces bifurcations précédentes, SegWit2x était un protocole logiciel alternatif qui aurait entraîné une Hard Fork et une tentative d’augmenter la taille du bloc. Contrairement aux premiers Forks, SegWit2x visait à maintenir tous les utilisateurs de bitcoins existants sur une seule Block Chain.

Contrairement au bitcoin cash — où les développeurs espéraient créer une nouvelle Blockchain et un nouveau réseau — les partisans de SegWit2x n’étaient pas complètement sûrs du résultat final. Cela aurait pu signifier une modification des règles régissant les bitcoins, la création de deux bitcoins distincts, ou très peu de changement, selon le nombre de mineurs qui choisiraient d’adopter le nouveau logiciel.

Raisons pour et contre

Avant l’adoption du SegWit2x, les mineurs étaient les plus fervents partisans du nouveau protocole. Ils ont souvent fait valoir que l’inaction du bitcoin faisait que les cryptomonnaies concurrentes dépassaient la principale monnaie numérique, et que les mises à jour existantes n’étaient pas suffisantes pour atténuer le problème.

Les développeurs et les opérateurs de nœuds, en revanche, se sont souvent opposés à l’adoption du nouveau protocole. Ils ont suggéré que le bitcoin devrait être une réserve de valeur plutôt qu’un système de paiement, et que le risque du nouveau protocole l’emportait sur les avantages potentiels. Certains ont également estimé que les mineurs et les entreprises bénéficieraient de manière disproportionnée du protocole.Le SegWit2x a été très controversé, en partie à cause de son statut de Hard Fork, et les développeurs n’ont pas pu parvenir à un consensus sur l’adoption du protocole. Le hard fork avait été initialement prévu pour le 16 novembre 2017. Cependant, le 8 novembre 2017, les dirigeants du mouvement SegWit2x ont suspendu le hard fork en raison des désaccords et de l’absence d’un consensus plus large entre les participants.

Précédent

Aperçu du NGRAVE ZERO : Le wallet ultra sécurisé

Le « bitcoin mining » (Le minage de bitcoin)

Suivant